Siroco



cliquez sur l'image pour l'agrandir
Image fournie par Bruno Pruvost.
  • Nationalité: Française
  • Type: Torpilleur
  • Position: 51.18.970 N / 02.14.127 E
  • Profondeur max: 38m
  • Taille: 105.77m x 9.88m x 3.80m
  • Coulé le: 31 mai 1940




  • Histoire - Circonstances:
  • Le "Siroco", commandé par le Capitaine de Vaisseau de Toulouse Lautrec faisait partie de la deuxième flottille de torpilleurs qui comptait dix huit unités placées sous les ordres du Capitaine de Vaisseau de Portzamparc. Il s'était déjà particulièrement distingué dans le Pas de Calais au cours des trois semaines écoulées en envoyant plusieurs sous-marins par le fond.
    Mais le navire avait bien failli achever sa carrière le 11 mai alors qu'il se trouvait en opération dans les eaux hollandaises. Ce jour là, après avoir été dépêché à Ijmuiden en compagnie du "Cyclone", afin de soutenir les troupes françaises, il fut assailli vers dix huit heures par une formation de Junkers 86. Au cours de l'attaque qui dura plusieurs heures une bombe toucha le navire mais n'explosa pas.

    Sept jours plus tard, alors que le bâtiment procédait au sauvetage des membres de l'équipage du pétrolier "Niger" en feu devant Mardyck, une vedette rapide allemande, la "S 26 (Schnell Boot)" lui lança une torpille qui manqua son but et fut d'ailleurs retrouvée.

    Le 28 mai, le Siroco se voyait confier la mission de participer à l'évacuation des troupes du front de Dunkerque.
    Le lendemain, au cours d'un premier voyage, il débarquait à Douvres six cent soldats sains et saufs.


    cliquez sur l'image pour l'agrandir
    Image fournie par Bruno Pruvost.



    Le 30 mai, vers quinze heures, il appareillait du port britannique et gagnait Dunkerque après avoir emprunté la route du Nord. Arrivé à la hauteur des jetées de l'avant port le "Siroco" trouva en face de lui, bloquant le passage, un torpilleur britannique dont le rôle d'après le témoignage d'un artilleur du 16ème R.A.T, était manifestement d'interdire l'entrée du port aux bâtiments qui venaient à la recherche de leurs troupes. Devant cette situation intolérable, de Toulouse Lautrec, après avoir fortement mais en vain manifesté sa volonté de passer, s'apprêta à foncer, déterminé à éperonner le gêneur qui dégagea aux dernières secondes.
    Parvenu à la jetée d'embecquetage de l'écluse Watier, il embarqua vers vingt heures sept cent cinquante soldats dont de nombreux artilleurs du 16ème R.A.T avec leur commandant Dietz, des fantassins du 92ème Régiment d'Infanterie avec leur drapeau gardé par le lieutenant Duchêne, des éléments de divers régiments ( 216ème RA 3ème génie), une partie des états majors de la 25ème DI et de l'armée du général Blanchard.
    Une heure et demi plus tard, le navire quittait Dunkerque et prenait la direction de l'angleterre par la "route Y" (la plus longue) et par une nuit claire, avec parfois une brume basse et légère. Les hommes étaient serrés dans les cales, les coursives et sur les ponts.

    Vers 2 heures du matin, parvenu à trois miles au sud-ouest du bateau feu WEST HINDER, le navire prît le tournant de la bouée Kwinte toujours éclairée, 2 torpilles foncent sur lui par l'avant. De Toulouse Lautrec, son commandant, fit manoeuvrer son navire et évita de peu les engins. Deux autres torpilles arrivèrent sur l'arrière bâbord et, malgré une nouvelle manoeuvre, l'une d'elles atteignit son but et explosa dans les compartiments arrière, entre les gardes hélices et la pièce 4, occasionnant une voie d'eau. Le navire perdit de la vitesse et s'immobilisa : les deux hélices avaient été arrachées.

    C'est le lieutenant allemand Christiansen et sa "S 23 (Schnell Boot)", de la première flottille allemande basée en hollande, qui lui a porté ce coup (c'est également lui qui a torpillé le "Jaguar"). On a su plus tard que la "S 26 (Schnell Boot)" participa à l'attaque, commandée par le lieutenant allemand Fimmen.

    De Toulouse Lautrec, auquel il convient de rendre hommage pour son sang froid et ses grandes qualités techniques et humaines, rassura ses passagers et demanda par radio un remorqueur qui ne vint pas. A ce moment, un avion "Stuka" ennemi qui rôdait dans les parages repéra le "Siroco" et piqua à trois cents mètres malgré le feu des mitrailleuses du bord et deux pièces de 37AA, le Stuka lâcha deux bombes : la soute à munitions des 130mm explosa et la moitié arrière du bâtiment fut emportée, entraînant dans la mort tous ceux qui s'y trouvaient.

    Son étrave dressée vers le ciel, il s'enfonça, les hommes roulant les uns sur les autres, tombant à la mer, les blessés hurlant de terreur et de douleur.
    De Toulouse Lautrec avait ordonné la mise à l'eau des embarcations et des radeaux ; lui-même assommé, bascula dans l'eau. Il fut sauvé par le courageux quartier-maître Habasque.
    Le drame avait été consommé en deux minutes. D 'énormes quantités de mazout libérées rendirent le sauvetage particulièrement difficile et le bilan fut tragique : Six cent quatre vingt morts ou disparus.
    Le "Widgeon", le contre-torpilleur polonais "Blyskavica" et le "Cyclone" vont au secours du navire en perdition. Ce dernier recevra une torpille à la proue avant d'arriver sur les lieux. Le paquebot "Royal Sovereign" se chargera des derniers rescapés.
    Deux cent soixante dix survivants qui furent recueillis.




  • Historique:
  • Bâtiment de la classe "Bourrasque".
    Marché 607 D du 21 mars 1923.
    Construit aux Ateliers et Chantiers de Saint-Nazaire-Penhoët à Grand Quevilly (F).
    Mis sur cale le 7 mars 1924.
    Lancé le 3 octobre 1925.
    Entrée en armement définitif le 15 mai 1927.
    Clôture d'armement le 1er juillet 1927.
    Admis au service le 5 février 1928.
    Abordé par le "Simoun" le 6 juin 1931, réparé à Alger.

    Fin du navire: coulé le 31 mai 1940 par les vedettes lance-torpilles allemandes "S 23" et "S 26".

  • Description sommaire:
  • Déplaçement: 1 319 TW - 1 457 tonnes (normal) - 1 727 tonnes (pleine charge).
    Longueur: 105,77 m, largeur: 9,88 m, tirant d’eau: 3,80 m (4,30 m pc).
    Propulsion:
    - 3 chaudières à petits tubes.
    - 2 turbines à engrenages Parsons.
    - 2 hélices.
    Puissance: 31000 chevaux, vitesse: 33 noeuds.
    Combustible: 100 tonnes plus 260 tonnes de surcharge.
    Armement:
    - 4 canons de 130 mm/40 Mod 19 (4 tourelles simples) avec 440 obus.
    - 1 canon de 75 mm/50 AA Mod 22 avec 180 obus explosifs et 120 obus éclairants.
    - 2 mitrailleuses de 8 mm AA Hotchkiss Mod 1914 avec 20 500 cartouches.
    - 6 TLT de 550 mm (2 affûts triples) avec 6 torpilles Mod 1929 D.
    - 2 grenadeurs à chaîne galle avec 20 grenades de 250 kg.
    - 2 torpilles remorquées Ginocchio (supprimées en avril 1933).
    - 2 projecteurs de 75 cm et II projecteurs de signalisation de 30 cm.
    1931:
    - remplacement du canon de 75 par II canons de 37 mm/60 AA (2 canons simples) .
    1938-1939:
    - coloration des gerbes de l'artillerie principale.
    1939-1940:
    - remplacement des mitrailleuses de 8 mm par des canons jumelés de 13,2 mm.
    après 1940:
    - 1 canon de 25 mm AA et 2 mitrailleuses de 13,2 mm AA.
    - suppression d'un affût triple TLT.
    Embarcations:
    - 1 vedette à moteur Baudoin de 7 m.
    - 1 canot à moteur Baudoin de 7 m.
    - 1 youyou à moteur Baudoin de 5 m.
    - 1 baleinière de 7 m.
    - 1 canot Berthon en toile de 3,60 m.
    - 1 plate de 3 m.
    Equipage:
    - 1 officier supérieur, 6 officiers subalternes.
    - 1 premier-maître mécanicien, 6 maîtres, 17 seconds-maîtres.
    - 111 quartiers-maîtres et matelots (effectif de paix).
    L'effectif de guerre est porté à:
    - 9 officiers.
    - 153 officiers mariniers, quartiers-maîtres et matelots.




  • Documentation:

  • Le Service Historique de la Défense est momentanément indisponible.

    Vous pouvez consulter les plans et photos de ce navire en consultant:
    Le service historique de la défense.

    Consulter les plans


  • Sources:

  • "Equipe dkepaves":
  • fiche épave n°28 DK Plongée.
  • Livre "DUNKERQUE 350000 hommes à la mer".
  • Texte de Mr Dehaene.
  • "Emile Malhaize":
    "René Alloin":
  • fiches techniques et historiques.
  • "Le service historique de la défense".


    Adressez nous vos commentaires sur le site:
    ~~~~ dkepavesATgmail.com ~~~~